• "La Tresse" - Laetitia Colombani

       

                                      "La tresse" - Laetitia Colombani

        Un coup de poing dans le coeur, mais aussi des cris de femmes ! 

       Un bijou : des sujets d'actualité difficiles traités sans langue de bois , mais aussi une très belle écriture rapide ,

       dont le rythme cependant varie selon le tempérament des trois femmes qui s'expriment.

       Pas de longueur(s) , un ton juste : une merveille mais il faut s'accrocher à certains moments.

     

       Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.

      ** Inde. Smita est une Intouchable.

           Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.

      ** Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père.

          Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.

      ** Canada. Sarah, avocate réputée, une "battante" qui a beaucoup donné pour arriver à son poste et le garder,

               apprend qu’elle est gravement malade.

     "Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort

     qui leur est destiné et décident de se battre.

      Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité." (Grasset)  

     

        Mes livres (12) - Janvier 2018   https://www.babelio.com/livres/Colombani-La-tresse/946395

     

             Laetitia Colombani  : https://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A6titia_Colombani

     

                       

                                                                   "La Tresse" - Laetitia Colombani

     

     

     

     - Il y a Smita du village de Badlapur, Uttar Pradesh, Inde.

      L'état d'Uttar Pradesh est celui qui compte le plus gros pourcentage d'Intouchables :

      les Dalits , la caste "infréquentable", celle des esclaves.

     

     http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2017/02/11/en-uttar-pradesh-la-corruption-a-ciel-ouvert_5078232_3216.html

     

      https://fr.sputniknews.com/blogs/201609141027290908-inde-castes-intouchables/

     

     https://www.francetvinfo.fr/monde/inde/inde-malgre-l-election-d-un-president-issu-des-dalits-les-anciens-intouchables-les-discriminations-demeurent_2294263.html

     

      Son métier : ramasser la merde des autres à mains nues, toute la journée, depuis l'âge de 6 ans

      comme sa mère, sa grand-mère avant elle.

     

      "Des toilettes pour le pays, le gouvernement l’avait pourtant promis.
        Hélas, elles ne sont pas arrivées jusqu’ici.
       À Badlapur comme ailleurs, on défèque à ciel ouvert.
       Partout le sol est souillé, les rivières, les fleuves, les champs, pollués par des tonnes de déjections.
       Les maladies s’y propagent comme une étincelle sur de la poudre.
       Les politiciens le savent : ce que réclame le peuple .... " ( Laetitia Colombani) 

     

       Il va sans dire que Smita n'a pas pu (su) aller à l'école ; elle ne sait ni lire, ni écrire.

        Son objectif : que sa petite fille Lalita puisse échapper à ce "destin".

     

     ** Est également évoqué le terrible sort des femmes en Inde, qui n'ont aucun statut légal hors mariage.

              https://fr.wikipedia.org/wiki/Condition_des_femmes_en_Inde

     

                       C'est encore plus horrible si elles deviennent veuves ! 

     http://www.destination-inde.fr/les-veuves-blanches-ces-veuves-indiennes-oubliees/

     

      http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2005/05/28/en-inde-personne-n-aime-rencontrer-une-veuve-sur-son-passage_655175_3216.html?xtmc=varanasi_inde&xtcr=12

     

      ** Un aperçu percutant également concernant les transports en commun : inimaginable !!!!

     

     L'histoire de Smita, à elle-seule, aurait pu suffire, même si le livre n'aurait pas compté beaucoup de pages.

     C'est un reportage complet ! (Voir les complémentaires tout en bas de l'article) .

     

     Néanmoins, la complémentarité de ces trois destins qui s'entremêlent comme les cheveux d'une tresse 

     apporte une incomparable touche d'humanité et de positivité à l'ensemble.

     

     

                                                                          "La Tresse" - Laetitia Colombani                  

     

     

     - Il y a Giulia de Palerme (Sicile).

      Giulia est passionnée par la lecture ; quand elle lit, elle est "ailleurs".

      Son autre passion : l'atelier familial de fabrication artisanale de perruques avec de vrais cheveux

      dirigé par son père (qu'elle idolâtre).

      Sa vie bascule deux fois en peu de temps :

      - son père a un accident et elle découvre que l'entreprise ancestrale familiale est en faillite

      

      - Giulia rencontre un jeune Sikh réfugié , Kamal.

     

      L'histoire de Giulia est un énorme pied-de-nez aux préjugés, aux idées toutes faites,

      dans une société machiste au possible et repliée sur elle-même.

      Contrairement au sort des femmes en Inde (en général) , chez les Sikhs, celle-ci

      est l'égale des hommes et est extrêment respectée.

     

       https://www.la-croix.com/Religion/Spiritualite/Qu-est-ce-que-le-sikhisme-_NG_-2012-01-13-757459

      http://www.lejournalinternational.info/le-sikhisme-une-religion-entre-hindouisme-et-islam/ 

     

     

     

                                                            "La Tresse" - Laetitia Colombani

     

     

     

     - Il y a Sarah à Montréal (Canada).

     Sarah a tout donné , beaucoup sacrifié, pour arriver à un poste élevé et se maintenir

     dans un gros cabinet d'avocats, un monde "d'hommes" , de requins .

     Sous un sourire de circonstance(s), cette brillante avocate a mis un bouclier

     sur un monceau de sentiments de culpabilité, notamment par rapport à ses trois enfants. 

    C'est alors qu'elle pensait accéder à un poste élevé dans sa profession qu'un gros souci de santé

     la relègue au rang des "pestiférés improductifs" , avec tout ce que cela comprend de propos 

     sournois, d'hypocrisie, et de mise au ban de la part de ses collègues.

     Suite au roman -;)  !!!! 

     

     

     

                                                                      "La Tresse" - Laetitia Colombani

                                         

      A propos du commerce des cheveux en Inde : 

      Les cheveux : l’offrande aux dieux.

     Dans le Sud de l’Inde, au cœur du temple de Tipuari, les femmes et les hommes offrent, chaque jour,

     au dieu Vishnou ce qu’elles/ils ont de plus précieux, leur chevelure, afin qu’il exauce leur vœu le plus cher

     ou pour le remercier (guérison notamment).

     Les Indiennes nourrissent un véritable culte à leur chevelure, c’est pourquoi ce sacrifice est immense.

     

         http://indiangay7.canalblog.com/archives/2010/12/08/19822292.html

        http://www.lefigaro.fr/international/2011/07/08/01003-20110708ARTFIG00492-l-incroyable-odyssee-du-cheveu-indien.php

     

                   

     

                                          

     

                     

                                                                                "La Tresse" - Laetitia Colombani

     

     

     

     

    « Lectures communes - Janvier 2018"En attendant Bojangles" - Olivier Bourdeaut »

    Tags Tags : ,